La lettre Serviam, 2011

Lettre d’informations sur les relations entre l’église Conciliaire et le judaïsme.

 

Déclaration préliminaire : L’église dite conciliaire, dirigée successivement par les ”papes” conciliaires Roncalli-Jean XXIII, Montini-Paul VI, Luciani-Jean-Paul I, Wojtyla-Jean-Paul II et Ratzinger-Benoît XVI, n’est pas catholique. Cette église éclipse la véritable Eglise fondée par Notre-Seigneur Jésus-Christ comme nous l’avait annoncé Notre Dame de La Salette : ”L’Eglise sera éclipsée, le monde sera dans la consternation”. Les ”papes” conciliaires sont des usurpateurs. Leur fausse doctrine mène le monde à la perdition. Leur religion est une nouvelle religion humaniste, moderniste, libérale, hérétique, ...

 

La Lettre Serviam N° 29 - 30 Octobre 2011

Aux ordres des Juifs

Ces deux derniers mois, l’actualité a été dominée par les tractations entre la Rome conciliaire et la Fraternité Sacerdotale Sainte Pie X (FSSPX), par le voyage de Ratzinger en Allemagne et par le renouvellement du scandale de la cérémonie d’Assise.

Premièrement, Mgr Fellay est actuellement en train d’examiner (à moins que tout cela ne soit que du cinéma, tout étant déjà bouclé depuis bien longtemps... mais il faut quand même faire illusion devant les fidèles) un document que le Cardinal Levada (qui ne doit d’être à Rome que pour échapper aux charges qui pèsent contre lui aux États-Unis sur les effroyables histoires de mœurs de son ancien diocèse) lui a remis.

Si l’on est conséquent, aucun accord ne pourra être trouvé entre la FSSPX et la Rome de Ratzinger. Ratzinger prouve quotidiennement qu’il reste un moderniste par ses actions et ses paroles (comme par exemple son attachement viscéral à cet œcuménisme dévoyé qui a eu son point d’orgue cette année à Assise pour renouveler l’acte d’apostasie de son prédécesseur). Lire l’encyclique Pascendi de saint Pie X, c’est y découvrir le portrait de Ratzinger.

Anti-Defamation League (B’nai B’rith)Néanmoins le spectre d’une éventuelle réconciliation de la FSSPX avec la Rome moderniste n’est pas du goût de tout le monde. Si le pseudo-épiscopat montre un peu partout dans le monde son opposition à voir les quatre évêques ordonnés par Mgr Lefebvre les rejoindre, il en est également de même en ce qui concerne la communauté juive. En effet, même si la FSSPX se fait très discrète sur la question juive (on attend toujours une étude majeure sur ce sujet capital de la part d’un clerc de la FSSPX), elle symbolise cependant cet “enseignement du mépris” comme en témoigne son attachement à prier pour les juifs de façon traditionnelle – Mgr Fellay ayant rejeté la nouvelle prière formulée par le Vatican – le vendredi saint. Ainsi un retour de la FSSPX au sein de la Rome moderniste est vu comme un grave retour en arrière par la communauté juive (sans oublier le cas Williamson).

Ainsi, l’Anti-Defamation League (B’nai B’rith) est directement intervenu par l’intermédiaire de son directeur, Abraham Foxman. Sur leur site internet, l’ADL déclare avoir pour mission de “stopper la diffamation des juifs”, ce qui en ce qui concerne l’église catholique peut se traduire par “stopper l’enseignement du mépris”. L’Anti-Defamation League a été reçue à plusieurs reprises par Jean-Paul II et Benoît XVI en audience au Vatican. Abraham Foxman (décoré de la légion d’honneur par Jacques Chirac) avait lancé une campagne mondiale contre le film de Mel Gibson “La Passion”.

  1. Lire la Lettre Serviam en entier   Télécharger
  2. Télécharger la Lettre Serviam N° 29   Télécharger

 

La Lettre Serviam N° 28 - 27 Mars 2011

Saint Laurent de Brindes et le faux
œcuménisme conciliaire

Ratzinger-Benoît XVI a consacré sa catéchèse du mercredi 23 mars 2011 à saint Laurent de Brindes. Saint Laurent de Brindes nait à Brindisi (Italie) en 1559. Il entre à 16 ans chez les capucins de Vérone et fait profession, prenant le nom de Laurent, comme le fameux diacre martyr. Il devient général des Capucins. Il est mort au Portugal en 1619 après 45 ans de vie religieuse. Il est béatifié en 1783 par Pie VI et canonisé en 1881 par Léon XIII. On le fête le 21 juillet, jour de sa mort.

Saint Laurent de BrindesSaint Laurent de Brindes est célèbre par les multiples conversions qu’il effectua parmi les juifs d’Italie.

On pourra également se reporter au numéro 8, page 3, de Serviam, pour y lire le récit de l’abbé Rohrbacher sur les conversions effectuées par saint Laurent de Brindes chez les juifs d’Italie. Lire également le passage (recopié en annexe) que le Père Isodoro Da Alatri consacre à ”Saint Laurent de Brindes et la responsabilité des Juifs dans la mort du Christ” dans son livre ”Qui a tué Jésus-Christ ?

De même, saint Laurent de Brindes est resté célèbre pour avoir combattu les erreurs de Luther et pouvoir avoir libéré l’Autiche du joug des infidèles ottomans.

Si, comme le souligne Ratzinger-Benoît XVI, saint Laurent de Brindes eut du succès, ce fut en combattant l’erreur et en convertissant. Nous sommes loin des cérémonies d’Assise (que Ratzinger-Benoît XVI renouvellera bientôt), des dialogues judéo-chrétiens,  des communautés de Taizé, de l’exaltation du tryptique républicain ”liberté-égalité-fraternité” et de la fraternité universelle chère à tous les mondialistes.

  1. Lire la Lettre Serviam en entier   Télécharger
  2. Télécharger la Lettre Serviam N° 28   Télécharger

 

Les Lettres Serviam archivées